lundi 20 février 2012

Ma sortie du jour... sur route (enfin)

Sur le chemin du retour, soleil et vent dans le dos
Enfin, j'ai pu sortir mon vélo et profiter d'une sortie en plein air ! Quel bonheur ! 105kms comme premier jalon 2012, c'est bien (si on oublie la sortie vtt de la semaine  passée qui elle a été plus courte 44kms). Il faisait encore un peu frais et j'ai dû me résoudre à enfiler tout l'attirail du cycliste d'hiver (sous-vêtements thermiques, équipement long, couvre-chaussure).


Départ à 10h50 et descente de la vallée du Rhône avec une bonne surprise : le vent ne s'est pas encore levé. Mon "mulet" qui sort de révision fonctionne parfaitement. Je pars dans l'idée de travailler la vélocité sans trop forcer sur l'intensité. Je tiens cette résolution jusqu'à ce qu'un break, qui précède un convoi spécial me dépasse puis ralentisse jusqu'à 30 km/h. Du coup, je prends l'aspiration. Je vois le chauffeur sourire, accélérer une première fois, puis une deuxième, puis une troisième... Et je m'accroche jusqu'à ce que mon pulso indique 183 puls/min. Et là, je lâche... 


Je ne peux pas dire à quelle vitesse j'étais, il me manque l'aimant sur la roue avant (qui a été emprunté l'été passé pour le monter sur mon vélo carbone... quelle engeance!). Je jure que je vais me tenir à mon plan pour le reste de la sortie...



Pas trop mal comme panorama
Jusqu'à ce qu'un tracteur me dépasse, attelé d'une remorque remplie d'un douteux compost... Et là non plus, je ne résiste pas. Du coup, je roule pendant 15kms derrière ce précieux abri en me couvrant le nez et la bouche pour éviter de "manger" trop de poussière ou de goûter au compost... (bon appétit ! ) Pendant cette longue séance de motorpacing (sans doute aux alentours de 40 km/h), j'ai le temps de repenser à une scène de "retour vers le futur" et de m'imaginer enfoui sous le contenu de la remorque que je serre de très près. J'ai également le temps de me dire que je fais un entraînement dans la roue d'un "presque-grand" (la marque de la remorque : Gilibert).


Le reste de ma sortie est foncière. Entre 130 et 155 puls/min à l'exception d'une ou deux "bosses" en cours de route.


Voilà... Bilan : 4heures de selle, la sensation agréable d'avoir déjà un fond correct parce que je n'ai pas souffert même si la moyenne horaire reste modeste (ceci explique cela). Du coup, vivement demain : je veux recommencer !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire